Get Adobe Flash player

Voyage en Bulgarie

Du 07 au 16 avril 2015, Stéphane WAUTHIER et Jean-Marc TCHERKECHIAN se sont rendus en Bulgarie, dans le but de bien comprendre les défis de l’Église bulgare et de mettre en œuvre, sous le couvert de l’A.E.P., des opérations pour aider et encourager les croyants et leurs responsables.

Une semaine bien remplie ...

En route pour un périple de plus de 2000 kms, sur des routes malentretenues, à travers monts et vallées!

de LEVSKI au nord, jusqu’à SMOLIAN et MADAN, au sud, près de la frontière avec la Grèce, dans une région à 95% musulmane, où le pasteur Nikolaï SOMOV et son épouse effectuent un travail pionniers courageux; puis ALEXANDROVO, un village gypsi, et KIRCHEVO, perché dans une zône montagneuse, où l’église, composée d’une cinquantaine de personnes, est en phase de terminer la construction d’un lieu de culte destiné à devenir un centre d’évangélisation pour tout ce secteur; un véritable défi! Retour à LEVSKI où nous vivons, avec l’église et son pasteur Sasho PANKOV, un culte de Pâques béni; visite de ROUSSÉ, au bord du Danube, et de PLEVEN; et enfin, un ultime circuit dans le sud-ouest du pays, en compagnie du pasteur Sasho IVANOV, où nous rencontrons l’équipe dirigeante de la Faculté Biblique de SOFIA, et trois églises dans les villes de TREN, à la frontière serbe, de BREZNIK et de PERNIK, important centre sidérurgique de près de 100000 habitants, à 25 kms de SOFIA.

Les défis de l’Église bulgare

Il ressort, de tous les témoignages que nous avons recueillis, que l’évangélisation du pays se heurte, d’une part, à certaines réalités culturelles et historiques, ancrées dans les mentalités, et d’autre part à des mouvements de populations qui sont la conséquence de difficultés économiques et politiques. D’un mot, nous pourrions résumer les choses ainsi: la population bulgare est composée de trois grandes communautés qui se vouent une méfiance réciproque profonde: les bulgares orthodoxes, les bulgares musulmans et les bulgares gitans.

Trois communautés aux caractères très différents, et que l’Église s’emploie à évangéliser avec beaucoup de courage et de persévérance. À ceci, il faut ajouter le défi de l’hémorragie démographique causée par l’absence totale de perspective offerte à la jeune génération. Beaucoup de jeunes talentueux quittent le pays pour se construire une situation satisfaisante à l’étranger. Ceci affecte également les assemblées, et inquiète les responsables. Enfin, l’Église bulgare a pris à cœur de relever le défi de l’évangélisation des milliers de réfugiés en provenance du moyen Orient et de l’Afrique, et qui affluent via la Turquie. Quel défi! Des équipes de frères et de sœurs font un travail missionnaire remarquable, en visitant les camps de réfugiés, et en y apportant le témoignage de l’amour de Dieu. Ils distribuent des colis, des vêtements, des produits pour bébés et enfants, et réussissent à témoigner de Jésus, non sans difficultés toutefois. Les responsables bulgares sont bien conscients du fait que ce flux d’immigrés favorise l’infiltration en Bulgarie et en Europe, d’extrêmistes muslmans.

L’Église bulgare ne baisse pas les bras!

Au contraire! Nous avons été tellement réjouis par le dynamisme et l’esprit entreprenant des pasteurs et chrétiens membres des églises. Certes, les moyens matériels restent limités. Le contexte du pays exige beaucoup d’abnégation de la part des serviteurs de Dieu. Mais leur consécration et leur fraîcheur spirituelle font plaisir. Prions pour la Bulgarie!