Quatre jeunes chrétiennes pakistanaises, dont la plus jeune a 14 ans et la plus âgées 30, ont été faussement accusées de blasphème le 19 février dernier. Elles ont été dénoncées par un couple de musulmans priés de rendre les clés de leur logement en raison des troubles qu’ils causaient chez familles chrétiennes de leur voisinage dans la banlieue Farooq-e-Azam de Karachi. Ce couple a accusé les chrétiennes d’avoir profané le coran en en plongeant un exemplaire dans une bassine d’eau sale. Cette dénonciation a, comme de bien entendu, enragé les musulmans du quartier qui ont attaqué les résidents chrétiens et empêché l’ouverture de leurs églises dont l’une a par ailleurs été vandalisée comme plusieurs de leurs habitations, et ils ont tué des animaux de compagnie et du bétail appartenant à des chrétiens. Quelque 200 familles chrétiennes ont trouvé leur salut dans la fuite. L’enquête policière a établi que l’épouse de ce couple musulman, avait emprunté un exemplaire du coran à un libraire voisin et sitôt rentrée chez elle l’a plongé dans ses toilettes. Elle a reconnu les faits et a été arrêtée ainsi que son époux. Cet incident grave mais qui finit relativement bien, montre une fois de plus l’extraordinaire fragilité des chrétiens au Pakistan où la moindre fausse accusation de blasphème fait tomber sur eux les foudres d’irascibles musulmans.

Source : international christian concern

lectus ante. suscipit porta. id, libero.